La création

La fondation sous le nom d'"Association suisse des cavaliers professionnels et des propriétaires de manèges ASPM" a eu lieu en 1954 dans un cadre très restreint à la Städtische Reitschule de Berne. Gaston Delaquis, docteur en droit et directeur de cet institut, a été élu premier président. Les autres membres fondateurs étaient Fritz Bieri (Zoug), Constantin et Raymond Léchot (Bienne), Heinrich Morf (Berthoud) et Ernst Weier (Elgg).

Le développement

Au début, l'ASRP comptait 20 membres. Leur nombre a augmenté de manière constante, pour atteindre 340 en 2009.

Ce nombre relativement faible ne reflète en rien la position et l'influence de l'association. Après la suppression de la cavalerie le 5 décembre 1972, l'ASRP a pris en charge la formation professionnelle dans le domaine du cheval. Le 1er avril 1978, le premier contrat a été conclu avec l'Office fédéral de l'agriculture. L'ASRP se voyait ainsi officiellement confier la responsabilité de la formation et de l'examen des palefreniers, des écuyers et des cavaliers de course dans le "Règlement sur l'apprentissage et l'examen d'apprentissage". Ce premier règlement a été remplacé par une décision de l'Office fédéral de l'agriculture du 4.3.1988, et le nouveau règlement est entré en vigueur le 1.4.1988.

Le premier "Programme de formation pour palefreniers, écuyers et cavaliers de course" a vu le jour en 1982, il a été remplacé par celui approuvé le 19.10.92 par l'Office fédéral de l'agriculture, valable à partir du 1.1.1993. Depuis le 1.1.2000, la surveillance de la formation professionnelle relève de l'Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie, voir ci-dessous "Le tournant".

Claude Henry a été le premier président de la commission de formation de 1982 à 1995, puis cette responsabilité a été confiée à Markus Rhyn.

Outre la formation réglementaire, l'ASRP a organisé des cours spéciaux, par exemple pour les apprentis de 3e année en vue de l'examen de fin d'apprentissage ou des cours dirigés par des entraîneurs de haut niveau suisses et étrangers en vue de la préparation à une qualification supérieure d'entraîneur de dressage ou de saut.

La formation de professeur d'équitation avec diplôme fédéral

Dès 1965/66, donc avant la suppression de la cavalerie, l'ASMR a organisé les deux premiers cours pour les professeurs d'équitation diplômés. Le vice-président de l'EMPFA, le colonel Louis Dégallier, était responsable de l'ensemble de la formation, Roland de Weck du dressage et Paul Weier du saut et de l'équitation de terrain. Ce dernier a repris la direction générale des cours d'équitation à partir du troisième cours.

Après la réussite de l'examen, le président de l'ASRP Raymond Clavel et le futur chef de formation Claude Henry ont inspecté l'entreprise des diplômés et ont décidé de l'autorisation de former des apprentis.

Le brevet de cavalier

Le brevet de cavalier a été introduit par l'ASRP en 1981, d'abord sous la dénomination de test de bronze et de test d'argent, auxquels le test d'or a été ajouté en 1986, après que des essais aient donné des résultats positifs en 1984/85.

Lors de la réorganisation de la Fédération centrale suisse des sports équestres, un quatrième département "sport de masse" a été rattaché à la Fédération suisse d'équitation et d'attelage, notamment en raison des disciplines non-FEI. L'ASRP lui a cédé le brevet, tandis que les tests d'argent et d'or sont restés à l'ASRP, respectivement aux fédérations spécialisées concernées.

Adhésion à d'autres organisations

En 1989, nous avons adhéré à la Fédération suisse d'équitation. En 1989, nous avons adhéré à la Fédération Suisse des Sports Equestres afin de pouvoir exercer une influence directe sur la conception et les exigences des examens de licence, du brevet de cavalier, etc.

L'ASRP a également été membre fondateur de l'International Group for Equestrian Qualifications IGEQ. Ce groupe s'est donné pour mission en 1992 de recenser, de comparer et, dans une certaine mesure, d'uniformiser les normes de formation des palefreniers, des écuyers et des professeurs d'équitation dans les pays affiliés. Cela doit permettre à ces professionnels de trouver plus facilement un emploi correspondant à l'étranger, par exemple. La formation est consignée dans un "passeport", de sorte que son titulaire puisse à tout moment justifier de sa formation et de ses qualifications.

Le tournant

En 2000, conformément à une décision de l'Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie (OFFT), l'ensemble de la formation professionnelle, et pas seulement celle des métiers du cheval, a été placée sur une nouvelle base, sous la dénomination "Organisation du monde du travail Métiers liés au cheval".

Sur ordre exprès de l'OFFT, l'ASPM n'a pas pu prendre la direction de cette nouvelle association, il a fallu créer une nouvelle "Organisation du monde du travail Métiers liés au cheval", avec d'autres responsables et de nouveaux statuts et règlements pour la formation. Les statuts de cette nouvelle organisation ont été approuvés en 2005. L'ASPM était ainsi privée de sa mission fondamentale, elle ne pouvait plus organiser que les cours et les examens de fin d'apprentissage déjà prévus et organisés.

Avec des conseils professionnels, l'ASPBP s'est restructurée en 2009 sous le nom de SWISS Horse Professionals.


Présidence

1954 - 1963 Gaston Delaquis, docteur en droit
1964 - 1965 Gérard Haccius
1966 - 1991 Raymond Clave
1992 - 2010 Hermann Mäder
2010 - 2013 Herbert Brunner
2013 - 2014 Ernst Vögeli
2015 - 2021 Martin H. Richner
2022 - aujourd'hui Sascha Stauffer

Secrétariat général

1954 - 1991 Raymond Léchot
1992 - 2013 Kurt Blickenstorfer
2013 - 2015 Urs Schneider
2016 - 2021 Andrea Litscher
2021 - 2022 Samira Hüttenegger
2022 - à ce jour Centre équestre national de Berne