FOYER DE RHINOPNEUMONIE AU CSI DE VALENCIA (ESP): ANNULATION DES CONCOURS FEI ET MESURES REQUISES EN SUISSE

02 mars 2021 10:35

Il y a un peu plus d'une semaine, la Fédération équestre internationale (FEI) a informé que de nombreux chevaux ont été atteint par la rhinopneumonie (EHV-1) au CSI de Valence (ESP). Aujourd'hui, plus de 100 chevaux sont toujours isolés sur la place de concours, d'autres sont partis mais ont été suspendu par la FEI pour participer à des compétitions internationales. De plus, la FEI a décidé hier soir d'annuler tous les concours internationaux en Europe jusqu'au 28 mars 2021. Cette décision concerne toutes les disciplines de la FEI. Seuls les concours de saut d'obstacles dans la péninsule ibérique et en Italie peuvent se poursuivre dans un cadre de mesures de sécurité strictes et uniquement si aucun cas de rhinopneumonie ne se produit sur place. Aucun nouveau cheval n'est autorisé sur ces terrains de concours. Les chevaux touchés seront également exclus des tournois nationaux en Suisse. En outre, la commission vétérinaire du FSSE recommande d'isoler les chevaux potentiellement infectés.

Depuis des décennies, il n'y a pas eu en Europe d'épidémie de Rhinopneumonie aussi grave. Malheureusement, quatre chevaux sont morts à Valencia ce week-end. Parmi les chevaux isolés sur les terrains de concours, 84 présentent des symptômes cliniques et 11 sont traités dans des cliniques équines. Selon la FEI, la situation est grave mais sous contrôle. Les chevaux infectés par l'EHV-1 développent de la fièvre et des problèmes respiratoires. Dans de rares cas graves – et malheureusement aussi observé à Valencia – la maladie virale frappe le système nerveux et entraîne, entre autres, des perturbations de la coordination des mouvements et des paralysies. La FSSE est également en contact avec la FEI, la Fédération équestre européenne (FEE) et l'Office fédéral de sécurité alimentaire et vétérinaire (OSAV) afin d'endiguer l’épidémie de Rhinopneumonie.

De retour de Valence ou d’autres concours internationaux
Certains chevaux qui ont participé au concours de saut d'obstacles à Valencia ont pu rentrer chez eux entre-temps – entre autres plusieurs chevaux suisses. Toutefois, en raison de la période d'incubation de 6 à 10 jours, ces animaux doivent continuer à être surveillés de près et ils seront exclus par la FSSE de toutes participation à des concours nationaux – s’il y en a – jusqu'à qu’ils soient testés négatifs pour l’EHV-1.

La mesure la plus importante pour interrompre les contagions est l'isolement des chevaux et le suivi de leurs états de santé. De ce fait, il est recommandé de mesurer la température rectale des chevaux deux fois par jour (les températures supérieures à 38,2°C sont considérées comme de la fièvre). Si plusieurs chevaux d'une écurie ont participé à un concours ensemble, ces chevaux peuvent être maintenus isolés en tant que groupe. Si un cheval montre une diminution de l’appétit, un écoulement nasal, une grande fatigue ou de la fièvre, il faut consulter un vétérinaire. Aucun nouveau cheval ne doit être admis dans l'écurie ou quitter l'écurie pendant cette période – sauf pour être référer vers une clinique équine.

La commission vétérinaire de la FSSE et le vétérinaire de discipline du saut d'obstacles sont en contact avec les cavaliers concernés et leurs vétérinaires privés afin de garder un œil sur la situation.

Les chevaux revenant en Suisse après d'autres compétitions internationales de saut d'obstacles (par exemple Vejer de la Frontera, Oliva, Gorla Minore etc.) doivent être soumis à un contrôle accru avec un isolement strict et un contrôle de l’état de santé comme décrit ci-dessus. Une coopération étroite avec le vétérinaire privé est fortement recommandée.

La FEI suspend les concours en Europe
La FEI a décidé hier soir d'annuler tous les concours jusqu'au 28 mars 2021. Cela concerne les événements dans les pays suivants : France, Espagne, Portugal, Belgique, Italie, Autriche, Pologne, Pays-Bas, Allemagne et Slovaquie. Afin d'éviter qu'un grand nombre de chevaux ne quittent en même temps les concours de saut d'obstacles en Espagne et en Italie, qui se déroulent depuis plusieurs semaines, ces concours se poursuivront sous forme de « bulles » individuelles avec des conditions spéciales. Aucun nouveau cheval ne sera autorisé sur ces sites et aucun cas positif d'EHV-1 ne doit être confirmé. Ces concours de saut d'obstacles sont soumis à des mesures sanitaires strictes et des FEI Veterinary Delegate supplémentaires sont sur place.

Information concernant la vaccination

Bien qu'il soit généralement recommandé de vacciner surtout les chevaux de sport contre la rhinopneumonie, le délai de vaccination à l'heure actuelle serait trop court pour prévenir l'infection dans l'épidémie présente. Une protection vaccinale n'existe qu'après une immunisation de base par deux vaccinations à des intervalles de 3 à 8 semaines et doit être maintenue par des rappels de 6 mois. De plus, même après une vaccination correcte, il n'y a pas d'immunité complète comme après une infection.

Néanmoins, en dehors de l’épidémie actuelle dans les élevages et les écuries à risque (avec de nombreux chevaux de concours et/ou de nouveaux arrivants), l'ensemble des chevaux devraient être vacciné lorsque ceci est possible afin d'obtenir une certaine immunité de groupe.

Marco Bryner
président de la Commission vétérinaire

Informations complémentaires

Contact

Marco Bryner, président de la Commission vétérinaire FSSE
e-mail: marco.bryner@bluewin.ch, tél.: 079 327 45 17

Rhinopneumonie Equine
Il existe plusieurs types d'herpèsvirus équin (EHV), les types 1 et 4 en particulier entraînent des maladies contagieuses potentiellement graves. L'infection se produit directement par le contact entre les chevaux ou indirectement par des d'aliments contaminés, des seaux d'abreuvement et, moins fréquemment, par les vêtements ou les mains, etc. En toussant, le cheval peut propager le virus dans un rayon allant jusqu'à 5 mètres. L'agent pathogène peut survivre dans l'environnement jusqu'à quatre semaines dans des conditions idéales, mais généralement il survit environ sept jours. Il est impératif de désinfecter les boxes et les écuries qui ont été utilisés par des chevaux (potentiellement) malades avant qu'un autre cheval ne les utilise.

Le virus est excrété par les sécrétions des muqueuses de la bouche et du nez ou par les sacs amniotiques en cas d'avortement. Les chevaux excrètent le virus après l’apparition des premiers symptômes clinique. Les chevaux peuvent rester porteurs et excréter le virus même après la disparition des symptômes clinique.

La période d'incubation, c'est-à-dire la période entre l'infection et le début de la maladie, est de 6 à 10 jours. Les chevaux infectés présentent de la fièvre et des symptômes respiratoires ou des déficits neurologiques, ainsi que des avortements chez les juments gestantes.

La rhinopneumonie équine n'est pas soumise à l'obligation de déclaration selon la loi sur les épizooties, mais il est recommandé de le signaler à la plate-forme d'information et de déclaration pour la détection précoce des maladies équines (Equinella) dans un souci de transparence et de gestion sanitaire de la population équine suisse.

La rhinopneumonie équine provoque une infection des voies respiratoires supérieures avec de la fièvre (jusqu'à 41 °C), affaiblissement de l'état général, perte d'appétit, difficultés de déglutition, écoulement oculaire et/ou nasal, éventuellement toux. En règle générale, il y a une auto-guérison rapide. Dans certains cas, cependant, le virus se propage par le sang dans l'organisme après l'infection des voies respiratoires et d'autres complications se produisent, comme l'avortement dans le dernier tiers de la gestation ou la naissance d'un poulain faible, ainsi que des symptômes neurologiques avec une démarche instable, des troubles de la coordination (ataxie), une paralysie des membres, une paralysie de la vessie, une paralysie anale, une paralysie de la queue ou des changements de l’état de conscience.

Les maladies liées aux virus herpès équins (EHV) doivent être prises très au sérieux et peuvent se propager de manière épidémique dans les exploitations agricoles et les régions. En cas de suspicion, un vétérinaire doit toujours être consulté et les chevaux (potentiellement) infectés doivent être isolés.

(Source FSSE du 2 mars 2021)

Comments are closed.

^